Pages Navigation Menu

De la Réunion à l’ISS

“Je suis très impatient. Vous êtes de véritables scientifiques de l’ISS, et je vous en félicite.” Thomas Pesquet, à bord de l’ISS.

Après le lancement de la mission Proxima, il y a quelques mois déjà, le CNES n’a pas voulu s’arrêter là. Un concours de programmation du nom d’Astro Pi a été lancé à toutes les écoles d’Europe, de l’école primaire au lycée. La première mission de ce concours consistait à détecter la présence d’astronautes dans le laboratoire Colombus de l’ISS, la seconde mission était libre. Pour cela, les élèves ont dû écrire deux programmes qui s’exécuteront sur un nano-ordinateur pourvu d’une carte de capteurs et d’un ensemble de 64 dels, fabriqué par la fondation Raspberry.

Un vrai challenge pour les élèves qui ont dû faire face à plusieurs contraintes : limite de temps, utilisation de capteurs et de la matrice de dels, rédaction du rapport de mission, etc.Plus de 390 classes au niveau européen ont envoyé leur programme, dont plus d’une centaine venant de France. 18 programmes français ont été choisis et seront envoyés dans l’ISS, parmi lesquels 6 gagnants officiels et 12 ayant reçu les encouragements du jury.

Nous avons constitué un duo réunionnais, supervisé par deux professeurs, du lycée St Paul IV. Nous avons eu la joie d’être sélectionnés. Notre code sera donc envoyé à bord de l’ISS pour y être testé. Notre mission secondaire a été de déterminer en combien de temps l’ ISS fait le tour de la Terre. Nous avons, pour cela, utilisé le magnétomètre du SenseHat : une vraie mission, pour de vrais passionnés!

 

J’ai adoré ce projet au point de harceler mes professeurs tous les jours pour pouvoir y travailler (rires)! Ce concours m’a fait découvrir un magnifique univers que je ne connaissais pas, les sciences du numérique! Je suis très contente du résultat, et j’espère pouvoir retenter ce genre d’expérience une prochaine fois! Je remercie encore chaleureusement mes deux professeurs accompagnateurs, messieurs Fritsch et Robin, sans lesquels je n’aurais jamais osé me lancer. Merci également à Anthony Rococo, qui a été un partenaire efficace pour ce concours.

Du côté des professeurs, l’enthousiasme est également présent : ce challenge a apporté beaucoup à tous. Une question a été posée aux professeurs référents du projet : Pour vous, quels ont été les principaux objectifs de ce concours ?

« Dans un contexte où les sciences du numérique sont en plein essor, le Challenge Astro Pi s’inscrit parfaitement dans les objectifs poursuivis par l’Education Nationale. C’est de plus un excellent moyen de développer une relation professeur-élève qui sort complètement de l’ordinaire et qui devrait être beaucoup plus présente dans le temps scolaire de l’élève », explique Mr Robin, l’un des professeurs.

« Avec l’éclipse annulaire du 1er septembre est né au lycée SAINT PAUL 4 un réel engouement pour l’espace pour les enseignants et les élèves. Depuis 3 ans l’enseignement de l’informatique progresse au lycée : ISN, CIT puis ICN. Le projet Astropi s’inscrit dans cette dynamique. La démarche de projet où les élèves mettent à profit les enseignements reçus pour réaliser un système réel permet une approche différente, la relation enseignant-élève n’est plus la même. L’enseignant devient coach et personne ressource. A l’origine le projet Astropi est une page blanche complétée sur un coin de table entre midi et deux. Puis, plus on avance, plus on commence à y croire, à franchir des étapes, ceci est très valorisant pour les participants», nous dit Mr Fritsch, l’autre professeur.

Maintenant que le programme a été lancé et tourne dans l’espace, nos jeunes scientifiques attendent avec impatience les résultats pour pouvoir les exploiter. Rendez-vous au mois de mai pour les résultats.

Peut-être reviendrons-nous avec un nouveau projet à mener à bien pour l’année prochaine !

 

Léa Bonnefois